FLOCERT lance WhatsApp pour les allegations

13.07.2020

Pour mieux soutenir et protéger les agriculteurs et les travailleurs du système Fairtrade en cette période difficile, FLOCERT lance un réseau WhatsApp pour signaler les allégations. L’organisme de certification pour Fairtrade a également révisé et amélioré son processus d’allégations existant.  Ces deux mesures répondent directement aux premières projections de COVID-19 qui suggèrent des inégalités systémiques et sociales de longue date affectant de manière disproportionnée les groupes pauvres et vulnérables, avec de graves répercussions sur leur sécurité d’emploi et leurs conditions de travail. 

WhatsApp pour les allegations: +49 (0)228 2493230

 

Aujourd’hui, FLOCERT met en place son canal multilingue WhatsApp pour signaler toute allégation contre une organisation certifiée Fairtrade. Ce portail complétera les canaux de notification actuels, tels que la page d’accueil de FLOCERT, le courrier électronique, le téléphone et skype. Le nouveau service répond aux allegations et les traite dans les cinq langues de service de FLOCERT, à savoir l’anglais, l’espagnol, le français, le portugais et l’allemand, et vise à atteindre et à responsabiliser les travailleurs agricoles et industriels. Pour déposer une allégation, l’utilisateur contacte le numéro par un simple “Bonjour” dans un premier message WhatsApp et répond ensuite à une série de sollicitations qui soutiennent la déposition officielle d’une allégation. Le chiffrage de bout en bout et la politique stricte de FLOCERT en ce qui concerne les données garantissent le plus haut niveau de confidentialité et de respect de la vie privée pour tout plaignant.  Ce nouveau mécanisme sera accompagné de nouvelles formes de traitement des allégations : FLOCERT pilote désormais également des audits à distance non-annoncés pour examiner les allégations, dans l’espoir de réduire le temps de traitement des cas qui ne nécessitent pas d’audit physique.

“En raison de COVID-19, nos capacités à envoyer nos auditeurs sur place afin d'évaluer auprès des organisations la conformité aux normes Fairtrade sont limités. Pour y remédier, nous proposons désormais des mécanismes de dénonciation plus faciles et plus rapides pour les agriculteurs et les travailleurs”, explique Sugumar Raman, directeur des opérations. “De plus, nous avons révisé nos procédures et nous pourrons désormais enquêter à distance sur les allégations “, poursuit M. Raman. “Nous espérons que ces mesures, une fois largement promues, s’avéreront des suppléments efficaces dans notre lutte contre toutes les formes de discrimination et d’exploitation au travail”.

 

Voir le communiqué de presse

 

S’abonner à la newsletter